Parce que lutter contre le racisme, ce n’est pas céder au premier bricoleur identitaire venu,TANIA de MONTAIGNE nous interpelle sur les logiques tacites qui nous dissuaderaient d’employer les adjectifs « noir », « arabe » ou « juif ». À lire:

lepoint.fr/societe/tania-de-montaigne